PORT VENDRES

Dans mon regard d'enfant, c'était un grand port. Je n'en connaissais pas d'autre.
Avec des vrais paquebots et des cargos chargés d'oranges et de vins de Sidi Brahim.
Mon grand-père en connaissait chaque recoin et j'étais fier de me glisser dans ses pas, du bureau de transit à la Douane, en passant par le bureau du port, lorsqu'il m'amenait "travailler".
Depuis Cerbère, il fallait prendre la "micheline" tôt le matin. C'était l'Aventure...
Et manger au restaurant à midi.

......